Yannick Martin est apiculteur récoltant à Augeac, un petit village de la commune de Bains, à environ 1000m d’altitude, au pied de la chaine volcanique des monts du Devès. Il propose différents miels issus de ses 300 ruches, mais aussi du pollen, du pain d’épices pur miel, des bonbons au miel, du nougat, et des produits de soins à base de propolis.

Alti miel Yannick Martin Bains (2)

Comment vous est venue cette passion des abeilles ?

Yannick Martin : J’ai cette passion depuis que je suis tout petit. Mon grand-père avait des ruches lorsqu’il était agriculteur. Il en a eu un peu plus à la retraite. Une fois par an, on assistait, avec mes cousins, à l’extraction de miel, et c’était la fête. J’adorais mettre le doigt sous le miel en extraction. Ma mère a repris son rucher après son décès, et je lui ai donné un petit coup de main, avant d’avoir mes propres ruches. Je suis installé en tant que professionnel depuis trois ans. En fait, j’ai fait une reconversion professionnelle, car je travaillais dans les bureaux auparavant. J’ai bénéficié de la dotation jeune agriculteur, et j’ai été accompagné dans mon installation par la Chambre d’Agriculture.

De combien de ruches disposez-vous aujourd’hui ?

Aujourd’hui j’ai 300 colonies, 200 en production, et une centaine d’essaims pour renouveler les pertes que l’on a l’hiver. Sur les 300 colonies, je compte 200 ruches qui vont produire du miel, et une centaine pour repeupler les populations d’abeilles. Je vais passer en conversion bio l’année prochaine. Auparavant je dois régler deux ou trois choses au niveau du cahier des charges. Ma production reste en Haute-Loire, elle est donc très localisée.

Quels types de miel produisez-vous ?

Je propose du miel de printemps, avec les fleurs de printemps, en majorité celles de pissenlit. Cela permet d’obtenir un miel crémeux. Il y a également le miel de montagne que l’on appelle le toutes fleurs de montagne. La récolte se déroule au mois de juillet. Et puis, il y a le miel de sapin les bonnes années. Enfin, je produis également du miel de framboisiers sauvages.

Alti miel Yannick Martin Bains (3)

C’est un plus d’avoir des ruches à 1.000 mètres d’altitude ?

Oui et non. C’est un plus dans le sens où l’on reste préservé des grandes cultures. A 1.000 mètres, il y a pas mal d’exploitations d’élevages, ce qui laisse pas mal de prairies permanentes, ce qui est un avantage pour la production de miel de montagne, et de miel de sapin. C’est un petit inconvénient pour l’hivernage, et laisser les colonies passer l’hiver. Elles prennent plus de temps.

Il y a également des produits dérivés du miel ?

Oui. Je valorise le miel en le transformant dans le laboratoire de ma miellerie. Je fais du pain d’épices, du nougat, de la pâte à tartiner au miel et aux noisettes, des bonbons au miel, également un peu de pollen de fleurs, et je transforme la propolis en produits de soins.

Quelle est votre clientèle ?

Il n’y a pas vraiment de profil type. Ce qui m’intéresse c’est d’avoir des consommateurs locaux dans ma clientèle. Ils me prennent des pots en kilos, ce sont des grosses commandes. Les plus jeunes sont plus intéressés par des pots de plus petites contenances, et des produits dérivés comme les pâtes à tartiner, le nougat ou les bonbons, des produits un peu plus gourmands.

Où peut-on se procurer ces produits ?

Ici, à la miellerie, car je n’ai pas une très grande production. Et puis, tous les samedis matin, rue Saint-Pierre, sur le marché du Puy-en-Velay. J’ai un site internet, mais il ne permet pas de passer des commandes.

 

Pratique :
Alti miel
Yannick MARTIN
Lieu dit Augeac
4370 Bains
Tél : 06 06 71 12 32